Une redevance de 4,5 millions $ aux municipalités par la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Les 39 municipalités membres de la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine passent une fois de plus à la caisse en recevant 500 000 $ supplémentaires en fin d’année pour porter le total de redevances tirées des revenus des parcs éoliens dont elle est actionnaire à 4,5 millions $.

C’est dans la cible prévue dans le budget 2022 et le même montant qu’au cours des deux derniers exercices.

Le taux de production des parcs éoliens dont la régie est partenaire a été de 97 %.

Pour 2023, la régie réduit quelque peu la redevance qui sera versée aux municipalités membres.

« On a ciblé 4 250 000 $ car on a une obligation supplémentaire à rencontrer. En même temps, si on a des petits surplus, on pense être capable de se rendre à 4,5 millions $ en 2023, mais le budget prévisionnel chute de 250 000 $ », mentionne le président de la régie, Simon Deschênes.

Les résultats des soumissions qualifiées par Québec en juillet dernier pour de l’énergie éolienne et de l’énergie renouvelable ne devraient être publiés qu’en janvier prochain.

« Il n’y a pas eu beaucoup de projets soumissionnés. Si je regarde le potentiel de vent, les prix, on est très confiant de gagner au moins un nouveau projet à hauteur peut-être de 300 mégawatts, ce qui serait une excellente nouvelle », espère le président.

La régie est présentement actionnaire de 332 mégawatts répartis au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

« Vous connaissez les sommes d’argent qui rentrent. Si on ajoute un nouveau parc de 300 mégawatts, on vient pratiquement doubler notre portefeuille énergétique. Il faut comprendre que les modèles d’affaires font en sorte qu’il y aura peut-être un peu moins d’argent qui va entrer. Mais c’est un gain appréciable si nous remportons un nouvel appel d’offres pour 300 mégawatts », commente M. Deschênes.

Le président ne veut pas se commettre avec certitude sur d’éventuelles futures redevances si la régie remporte un appel d’offres, mais 6 millions $ seraient possibles.

« Ça pourrait ressembler à ça, mais il ne faut pas prendre ça pour acquis.  Au lieu d’avoir une tendance de 4,5 millions $ pour les 25 prochaines années, on pourrait aller à 6 millions $ par année. N’oubliez pas ! On a soumissionné six projets. Il n’est pas dit qu’on ne pourrait pas en gagner deux ! J’aime mieux parler d’optimisme, tout en étant conservateur », conclut le président.