Un nouveau fonds pour soutenir les jeunes entrepreneurs dans leur première entreprise à Cloridorme et Gaspé

La Ville de Gaspé et la caisse Desjardins de la Pointe-de-la-Gaspésie s’unissent avec l’aide de différents partenaires pour lancer un nouveau fonds pour soutenir les entrepreneurs qui veulent lancer une première entreprise.

La Ville et la caisse mettent chacune 100 000 $ dans le Fonds Première entreprise de la Pointe-de-la-Gaspésie.

En ajoutant la somme résiduelle du Fonds d’investissement pour le développement des entreprises locales de la MRC de la Côte-de-Gaspé (FIDEL), la contribution de 5000 $ de la municipalité de Cloridorme et l’implication des actionnaires du Chantier naval Forillon, la cagnotte atteint 235 000 $.

Une campagne de sollicitation est lancée auprès des entreprises et des particuliers de la MRC avec un objectif total de 500 000 $.

Le fonds a pour objectif de soutenir financièrement des projets de démarrage, de relève, d’acquisition ou de développement d’une toute première entreprise en offrant une contribution remboursable sur l’honneur de 8000 $ aux nouveaux entrepreneurs de 18 ans et plus.

Si jamais le jeune entrepreneur fait affaire avec un mentor du Réseau mentorat de la Côte-de-Gaspé, le montant pourrait être bonifié de 2000 $ pour un total de 10 000 $.

« Grâce à l’engagement des partenaires économiques de notre région, nous avons été en mesure d’apporter une solution adaptée aux défis rencontrés par les nouveaux entrepreneurs », estime le président du conseil d’administration de la caisse, Serge Cassivi.

« Ensemble, nous mettons en place des moyens concrets pour accroître notre vitalité économique », ajoute le président.

Pour ses trois premières années, le Fonds souhaite stimuler le démarrage d’une trentaine d’entreprises et la création d’une cinquantaine d’emplois à Gaspé et Cloridorme, le territoire desservi par la caisse Desjardins.

« Ça vient aider surtout à la mise de fonds des entrepreneurs avant d’aller voir les institutions financières. Si l’entrepreneur ne l’a pas, il a beau avoir la plus belle idée du monde, ça foire et on ne crée pas les emplois qui viennent avec. On ne stimule pas l’économie qui viendrait avec la bonne idée », mentionne le maire de Gaspé, Daniel Côté, qui souhaite qu’un entrepreneur soutenu par le programme remette au suivant en contribuant à son tour au fonds.

Alban Arsenault, un mentor de longue date, rappelle qu’une nouvelle entreprise accompagnée d’un mentor augmente les chances de survie.

« La moyenne nationale de survie d’une nouvelle entreprise est de 34 % au bout de cinq ans. Mais ça passe à 67 % si elle est accompagnée d’un mentor », souligne M. Arsenault.

La gestion du fonds se fera conjointement par la SADC de Gaspé et la MRC de la Côte-de-Gaspé.

« C’est notre contribution à ce fonds-là. Un comité d’analyse sera formé de cinq personnes qui se réunira aux six semaines. On souhaite que le fonds durera longtemps », commente le directeur de la SADC, Dave Lavoie.

Pour avoir accès au fonds, les jeunes entrepreneurs doivent avoir 18 ans et plus et demeurer à Gaspé ou Cloridorme et doivent en être à une première entreprise.  

L’aide maximale peut atteindre 20 000 $ par projet pour deux promoteurs ou plus.

Les nouveaux entrepreneurs auront un congé de remboursement de deux ans, remboursable sur cinq ou six ans sans intérêt avec un frais de gestion de 3 % du solde à la date d’anniversaire.

L’idée pourrait être exportée ailleurs en Gaspésie.

« On va laisser le temps au fonds de bien s’implanter dans le milieu, de voir la réaction des entrepreneurs et le succès. Éventuellement, on va évaluer tout ça. Il y a un potentiel pour développer plus grand. Mais on ne fera pas d’annonce aujourd’hui à ce niveau-là. En ce qui concerne Desjardins, la porte n’est pas fermée », commente M. Cassivi.