Un moratoire réclamé pour contrer la vente de la maison Biard de Percé

Le festival international de cinéma et d’art de Percé – les Percéides – et la Grande rencontre des arts médiatiques en Gaspésie demandent un moratoire sur la vente de la maison Biard de Percé.

« Il y a tout un enjeu de développement culturel à Percé avec la désignation de l’Espace bleu à travers le projet de la Villa Frederick-James. Il y a aussi un manque d’espaces pour accueillir les artistes et les cinéastes. On considère que de vendre la maison Biard, c’est freiner le développement culturel alors que la maison pourrait être transformée en résidence d’artistes », mentionne le directeur des Percéides, François Cormier.

L’Université Laval a acquis cette maison à des fins éducatives et de formations artistiques en créant l’École internationale d’été de Percé il y a environ vingt ans, au même moment où elle faisait l’acquisition de la villa Frederick-James.  L’université a décidé il y a trois ans de mettre fin à ses activités académiques à Percé.

Malgré plusieurs tentatives de sensibilisation, l’Université Laval a mis en vente cette maison située sur le site patrimonial et serait pratiquement vendue. 

« S’ils ne l’utilisent plus et veulent s’en départir, il y a des organismes à Percé qui sont prêts à prendre le relais. Je pense que l’Université Laval est une institution subventionnée par le gouvernement. On demande un moratoire car ils sont en processus de vente rapide », mentionne M. Cormier qui a fait la requête le 21 juin à la ministre.

Les deux groupes louent la maison durant leurs activités.

« On a des besoins réels même cet été. L’été dernier, la maison était fermée. On a dû faire des pressions auprès du ministre responsable de la Gaspésie, Jonatan Julien, qui leur a demandé d’ouvrir la maison pour le festival Les Percéides pour accueillir les cinéastes et les artistes. Ils l’ont fait un peu par la force des choses », constate le directeur.  

« Si on perd ça, c’est un bien culturel qu’on perd qui va freiner le développement culturel. L’Université Laval est un peu déconnectée de la réalité », avance M. Cormier.

L’université aurait même des offres d’achat sur sa table.

Au ministère de la Culture, on précise par courriel ne pouvoir s’immiscer dans la vente.

L’attaché de presse de la ministre Nathalie Roy, Maxime Roy, souligne que la Loi ne permet pas à la ministre d’imposer un moratoire puisqu’il s’agit d’une transaction immobilière privée.

En 1901, le Jersiais Charles Biard installe sur la grève de l’Anse du Nord à Percé son entreprise de pêche ainsi que le Biard’s Beach Hotel. De ce domaine aux nombreuses cabines, il ne reste aujourd’hui que la maison faisant face au Rocher et qui fait partie intégrante du site patrimonial de Percé.