Plusieurs projets d’infrastructures sur le point de débloquer à Gaspé

Le dossier de la route entre le parc industriel des Augustines et le port de Sandy Beach progresse, mais Gaspé n’est pas encore en mesure de donner tous les détails du dossier.

Alors que les élus souhaitaient une réponse positive avant le congé des fêtes, des discussions ont eu lieu. Aucune entente n’a encore été signée avec le gouvernement provincial, mais les derniers signaux permettent de poursuivre les démarches en amont.

« On n’est pas prêt à faire d’annonce, mais on a énormément avancé et ça devrait se régler durant le mois de janvier. Mais on a assez d’assurance pour nous permettre de poursuivre les acquisitions, les plans et devis finaux. On a suffisamment de garanties là-dessus », commente le maire, Daniel Côté.  

L’élu préfère ne pas avancer de chiffre précis, mais le projet est de quelque 20 millions $ incluant la construction, les expropriations, le pavage et les frais connexes.

Québec financerait environ 80 % de la facture.

Il ne manque que le décret pour lancer le règlement d’emprunt.

Le chantier doit être lancé en mai, ce qui donne un délai serré.

L’ouverture est prévue en septembre.  

Après avoir rejeté en novembre les soumissions pour le nouvel hangar, Gaspé va de l’avant même si la facture sera plus élevée.

Estimé à 3,5 millions $, la plus basse proposition est à 3,8 millions $, même si des éléments ont été épurés.

Ottawa paie 90 % de la facture, ce qui laisse un solde d’environ 400 000 $ à la Ville.

« C’est un peu plus haut que ce à quoi on s’attendait. Par contre, on a besoin de ces hangars pour assurer la suite du développement de l’aéroport », explique le maire.  

L’entente avec Ottawa prévoyait aussi l’asphaltage du stationnement et les plans et devis du nouvel aérogare, des éléments qui ont été mis de côté après des discussions avec le gouvernement.

« On va redéposer des projets dans un proche avenir », dit-il.

Gaspé a des plans très préliminaires de la nouvelle aérogare dont les coûts pourraient s’élever à quelque 10 millions $.  

La Ville scinde en deux le dossier de Rivière-au-Renard, capitale des pêches.

Le volet multimédia se fait en parallèle au projet principal.

Gaspé est allée en appel d’offres et procède aux analyses des propositions reçues. L’administration cherche aussi du financement.

Pour le reste, la Ville avait rejeté en septembre les soumissions du projet estimé à 6 millions $. La plus basse était sortie à 7,2 millions $. Les soumissions seront relancées fin février.

« Pour ouvrir les offres à la fin mars ou début avril. Si les offres sont convenables, on pourrait espérer un début de construction cet été. On a revu l’ensemble du projet pour faire diminuer les coûts dans l’espoir de donner le contrat », commente M. Côté.  

Le projet comprend une recharge de plage, des jeux d’eau, un réaménagement des berges avec une promenade pour permettre notamment de voir les bateaux au quai, mais de façon plus sobre.

La livraison finale est prévue en 2023.