Manque de travailleurs : la PCU pas responsable, selon Diane Lebouthillier

La Prestation canadienne d’urgence n’est pas responsable du manque de main d’œuvre vécu dans divers secteurs d’activités en Gaspésie cet été.

C’est l’analyse de la députée-ministre de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier qui rejette les critiques formulés entre le manque de personnel et la PCU mise en place par le gouvernement Trudeau au début de la pandémie, en mars 2020.

Depuis plusieurs semaines, des restaurants gaspésiens, des stations-services et d’autres commerces sont contraints de fermer leurs portes certains jours ou réduire les heures d’ouverture par manque de personnel.

« Déjà, en 2015, dans mes tournées, je rencontrais des commerçants et on avait une pénurie de main d’œuvre », explique Mme Lebouthillier.

L’élue fédérale rappelle qu’il était important de soutenir la population lorsque la pandémie a frappé. Des milliards de dollars ont été versés en aide d’urgence.

Seulement qu’à Gaspé, au moins trois restaurants doivent fermer leurs portes certains jours par manque de travailleurs.

Le maire, Daniel Côté, constate les effets dans sa ville. 
« Est-ce que ça pourra se résorber ? Je pense que oui. L’une des clefs est de hausser le seuil d’immigration. En ce privant d’immigration, on se prive de services à la population. On le voit dans nos restaurants. On le voit dans les hôtels », analyse l’élu qui a déjà commenté cet enjeu sur la scène nationale en tant que président de l’Union des municipalités du Québec.