Manon Jeannotte devient Lieutenante-gouverneure du Québec

Manon Jeannotte sera la prochaine Lieutenante-gouverneure du Québec.

L’ex-cheffe de la Première nation Micmac de Gespeg a été nommée jeudi après-midi à ce poste par le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

« Ça représente une fierté que j’accueille avec beaucoup d’humilité et je remercie le premier ministre Justin Trudeau pour sa confiance », commente Mme Jeannotte.

Selon elle, c’est un geste pour la réconciliation entre les Blancs et les Autochtones que le premier ministre l’a choisie.

« De ce que j’en comprends jusqu’à ce stade, c’est vraiment la réconciliation. Pour la personne que je suis et ce que j’ai fait par le passé. Moi, c’est ce que j’aime faire et c’est de cette façon que je vais faire mon mandat », dit-elle.

« Même si c’est honorifique, en faisant des activités communautaires et en étant avec le milieu, je pense qu’il y a quelque chose à faire. J’aime beaucoup être dans l’inclusion des deux peuples et c’est comme ça que je vais agir », poursuit Mme Jeannotte.

Elle avait reçu un appel du bureau du premier ministre alors que son nom avait été soumis au gouvernement canadien.

« L’ensemble du milieu a été consulté même avant que je reçoive mon appel », affirme-t-elle.

Mme Jeannotte sera la représentante du Roi Charles III au Québec.

Son premier voyage en tant que Lieutenante-gouverneure sera d’aller rencontre le Monarque, chef de l’État canadien dès son entrée en fonction prévue à la fin janvier.

« Et mon deuxième voyage sera probablement dans le territoire traditionnel Mi’gmaq », avance Mme Jeannotte.

« C’est une grande fierté pour la Nation d’avoir une membre de Gespeg à ce poste. Comme ancienne cheffe de Gespeg, nous sommes très fiers. On lui souhaite bonne chance », réagit le chef actuel de la Nation, Terry Shaw.

Mme Jeannotte fut conseillère de 2011 à 2015 avant de devenir cheffe du Conseil de la Nation entre 2015 et 2019 où elle a su représenter et défendre les intérêts de la communauté de Gespeg en plus d’établir des relations plus ouvertes avec les élus et la population de Gaspé.

Elle avait lancé avec Ken Rock l’École des Premières Nations à Montréal en octobre 2020 et assuré son démarrage en novembre 2021.

Elle en était la directrice depuis février 2022.

Sous sa direction, l’école a formé 448 participants en deux ans, dont 65 % sont des femmes, approchant l’objectif de 1000 participants en cinq ans.

« Manon Jeannotte a consacré sa carrière à accroître le bien-être des peuples autochtones et à améliorer de manière concrète la vie dans nos communautés. Je suis convaincu qu’elle continuera d’apporter d’importantes contributions et qu’elle restera une source d’inspiration pour les gens du Québec et de l’ensemble du Canada dans le cadre de ses nouvelles fonctions », affirme le premier ministre Trudeau dans un communiqué annonçant sa nomination.

Son mandat est d’une durée minimum de cinq ans.