Les libéraux font leur bilan de campagne

Même si les sondages sont défavorables aux libéraux, les deux candidats de la Gaspésie ont bon espoir de remporter le scrutin lundi dans Bonaventure et Gaspé.

« Moi, j’ai serpenté mon comté de long en large. Le signal que j’ai, c’est très positif. Les gens sont contents de nous rencontrer. On continue notre campagne. Les sondages peuvent dire ce qu’ils veulent. Le vrai choix, c’est le 3 octobre », affirme le candidat dans Gaspé, Michell Marin.

« On offre un projet de société complet adapté à la Gaspésie. La réceptivité des gens est positive. La réponse qu’on a des gens est qu’on est les seuls à les avoir rencontrés. Les sondages nationaux ne sondent que 10 personnes par comtés. Ce n’est pas significatif », ajoute son collègue de Bonaventure, Christian Cyr.

M. Marin mentionne que 60 % des gens ne voteraient pas pour la CAQ, à partir des sondages.

Les grands enjeux comme la main-d’œuvre, le manque de places en centre de la petite enfance ou le manque de logements sont adressés par les candidats dans cette campagne.

Les libéraux rappellent que la crise du logement a été niée durant trois ans par la Coalition avenir Québec.

« Le dossier de l’habitation a besoin d’être pris en main par une table régionale complète réunissant les municipalités, les MRC, les acteurs régionaux dédiés au logement, les instances provinciales concernées et des représentants du gouvernement fédéral. Il faut mettre en place un plan d’urgence en habitation et établir une approche à long terme et adaptée à la Gaspésie », suggère M. Cyr pour ne pas manquer la croissance historique de la population.

Sur l’environnement, les libéraux suggèrent d’utiliser l’hydrogène vert pour remplacer le coke de pétrole pour alimenter la cimenterie de Port-Daniel-Gascons.

« C’est 80 % de la problématique environnementale qui serait réglé », mentionne M. Marin, rappelant que le premier ministre sortant a dénoncé longtemps sa construction et le coût de l’infrastructure.

À certains experts qui notent que l’hydrogène ne serait pas la solution, M. Marin réplique que plusieurs pays industrialisés sont à intégrer ce modèle énergétique.

Alors que quelque 70 % des élèves doivent poursuivre leurs études à l’extérieur de la Gaspésie, les libéraux suggèrent le développement de l’offre.

« Ça prend des incitatifs. Il y a eu quelques avancées, mais c’est insuffisant. Il faut développer l’offre et ajuster les ratios par groupe. On ne peut pas exiger un ratio de 30 élèves pour partir un groupe en région », exprime M. Cyr.

Il va plus loin pour inciter les jeunes qui doivent aller parfaire leur formation à l’extérieur à retenir en Gaspésie.

« Les jeunes qui reviennent en région dans certains domaines professionnels ont des réductions d’impôt durant trois ans. Ça devrait être systématique. On devrait donner des crédits d’impôts pour favoriser leur retour. La Gaspésie et d’autres régions ont peuplé les grands centres urbains. Aujourd’hui, il faut reconnaître l’apport que la Gaspésie a fait pour les grands centres. On ne demande pas la charité. C’est une question d’équité », suggère M. Cyr.

Les libéraux avaient aboli les conférences régionales des élus, cette grande table de concertation régionale de développement.

La Gaspésie a créé sa Table des préfets de la Gaspésie.

La Charte des régions proposée par les libéraux est la réponse à cette concertation avec une décentralisation des pouvoirs vers les régions avec un secrétariat au développement et un sous-ministre attitré qui devra habiter la région.

« D’avoir un sous-ministre dédié en région pour les projets de développement, ça va beaucoup faciliter le cheminement des dossiers. On est le seul parti à proposer de remettre une structure de développement régional », affirme le candidat dans Gaspé.

Les deux candidats veulent accélérer le tempo sur la rénovation du rail, rappelant que ce sont les libéraux sous Philippe Couillard qui ont lancé le projet.

« Je ne peux vous dire la date. On va commencer par être élus », lance M. Marin.

Pour lui, ça fait parti des objectifs d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

Les trains pourront carburer à l’hydrogène vert pour réduire la pollution et épargner les routes.

« Le train est un service essentiel. On l’avait il y a 70 ans et les gens le prenaient pour voyager. 500 millions $, ça parait comme une grosse somme, mais on parle de 10 milliards $ pour un tunnel entre Lévis et Québec. Le calcul est facile à faire », commente M. Cyr.

« Certains envisagent la Gaspésie pratiquement comme un parc. Non, ce n’est pas un parc que j’envisage, c’est une belle région habitée et développée. Qui s’épanouit. C’est ça que j’envisage », a lancé Michel Marin en conclusion de présentation du bilan de campagne.