Diane Lebouthillier dénonce les marges bénéficiaires des pétrolières en Gaspésie

Questionnée sur les marges bénéficiaires des prix de l’essence en Gaspésie, Diane Lebouthillier trouve inacceptable que les détaillants fassent des profits sur le dos des automobilistes gaspésiens.

Selon CAA-Québec, les essenceries ont obtenu une marge de bénéficiaire de 15,9 cents le litre dans la dernière année dans la région, la marge la plus élevée au Québec.

Les autres régions éloignées comme la Côte-Nord ou d’Abitibi-Témiscamingue ont une marge de détail de 14,3 cents.

« Je ne trouve pas normal ce qui se passe. Dans des régions rurales où on a à couvrir de longues distances, où on a l’obligation d’avoir un véhicule, on n’a pas le choix comme en ville. On n’a pas nécessairement de transport en commun. C’est un non-sens. C’est quelque chose qu’on doit dénoncer », lance Mme Lebouthillier.   

La Ville de Gaspé avait déposé une plainte au Bureau de la concurrence en 2019 et selon le maire de Gaspé, Daniel Côté, l’enquête se poursuit toujours.

Mme Lebouthillier n’interviendra pas dans le processus.  

Par un pur hasard, le prix de l’essence était à la baisse lundi à Gaspé.

Étant pratiquement le seul secteur de la Gaspésie à afficher 1,664 $ en début de journée au centre-ville, l’essence ordinaire a diminué d’abord à 1,644 $ et 1,624 $ après le dîner.

À partir des données de la Régie de l’énergie, il s’agit d’une « aubaine » puisque le prix réaliste est établi à 1,634 $.

CAA-Québec l’établit plutôt à 1,683 $.