Bilan de campagne dans Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine

La lutte pourrait être ardue pour la députée-ministre et candidate libérale sortante Diane Lebouthillier en vue du scrutin de lundi prochain.

En 2019, Mme Lebouthillier avait arraché la circonscription avec à peine 637 voix de majorité sur le bloquiste Guy Bernatchez. Les autres candidats n’avaient pu franchir la barre des 10 %.

C’est en partie le même scénario qui se dessine lundi alors que les deux s’affrontent à nouveau.

Dans le bilan de fin de campagne par ordre alphabétique, Guy Bernatchez retient plusieurs rencontres positives avec différents acteurs du milieu. La campagne lui a permis de mieux se faire connaître après sa première lutte en 2019.

« Si la population désire avoir un interlocuteur qui les représente avec énergie et conviction », lance celui qui a roulé plus de 10 000 kilomètres durant sa campagne. Il avait été investi en août dernier lors du caucus du Bloc québécois à Bonaventure.

En poste depuis 2015, Diane Lebouthillier souligne que ce fut une courte campagne en période de la COVID-19, mais qui lui a permis de visiter tout le même toute la circonscription. Selon elle, les gens ont noté son bilan.

« Je ne fais pas que parler. Comme je le disais, j’ai aussi des bras et des bottines. On les voit les résultats partout dans le comté », affirme celle qui répète à tout vent que la circonscription est parmi les 25 ayant eu le plus de soutien à travers le Canada depuis 2019.

Troisième au dernier scrutin et étant à sa troisième tentative depuis 2015, le conservateur Jean-Pierre Pigeon affirme que cette élection n’aurait pas dû se tenir durant la pandémie et a présenté son programme sans dénigrer ses adversaires. Le candidat n’ose pas se prononcer sur l’élément clef de la campagne.

« Il y a un vent de changement. J’espère que les gens vont comprendre que pour aider les Gaspésiens et les Madelinots, il faut être absolument au pouvoir », dit celui qui est impliqué au Parti conservateur depuis Joe Clark à la fin des années 1970.

Le représentant du Parti populaire du Canada, Christian Rioux, note que son parti partait de rien et estime avoir fait des progrès aux dépens des autres formations. Il croit que les résultats vont surprendre.

« Le mécontentement d’une bonne partie de la population avec le passeport vaccinal va être un gros morceau qui va faire une différence », croit-il.

L’équipe de la candidate néodémocrate Lisa Phung n’était pas disponible vendredi pour faire son bilan.  

La candidate du Parti libre du Canada, Monique Leduc, n’avait aucune coordonnée.  

65 427 électeurs sont inscrits sur la liste électorale.