Arrêté en même temps que Nathalie Normandeau, l’ex-maire de Gaspé François Roussy n’a pas encore décidé s’il poursuivra Québec

L’ex-maire de Gaspé François Roussy poursuit sa réflexion sur les possibles poursuites à enclencher contre le gouvernement du Québec à la suite de son arrestation par l’Unité permanente anticorruption en mars 2016.

L’ancien politicien avait été arrêté en même temps que Nathalie Normandeau, Marc-Yvan Côté et d’autres coaccusés dans cette affaire de corruption et d’abus de confiance concernant du financement politique.

Ayant été sur la sellette entre mars 2016 à la suite de son arrestation par l’UPAC et la fin des procédures en septembre 2020, l’ex-maire avait déploré avoir perdu 4 ans et demi de sa vie.

M. Roussy souligne qu’il a encore du temps pour songer à la suite à donner à cet élément marquant puisque le délai de prescription est loin d’être atteint.

Avant d’aller de l’avant, il veut aussi connaître les conclusions du Bureau des enquêtes indépendantes sur les fuites médiatiques de l’UPAC dans l’affaire Guy Ouellet.  

M. Roussy était accusé d’abus de confiance pour avoir obtenu des avantages indus avant de voir la cause prendre fin en raison des délais après avoir évoqué l’Arrêt Jordan.

Lundi, Nathalie Normandeau a annoncé par communiqué avoir déposé une poursuite de 2,5 millions $ contre le gouvernement du Québec. 

L’ex-vice première ministre libérale et députée de Bonaventure a indiqué avoir entrepris une démarche auprès du Procureur général du Québec afin d’obtenir réparation pour les préjudices subis.

Elle tient l’UPAC et le Directeur des poursuites criminelles et pénales responsables des dommages engendrés.