637 millions $ supplémentaires requis pour se rendre à Gaspé

Pas moins de 637 millions $ supplémentaires seront nécessaires pour compléter la réhabilitation du rail dans son ensemble entre Matapédia et Gaspé.

Le premier train devrait entrer au terminus de la Gare intermodale de Gaspé en décembre 2026.

« C’est un dossier qui était une priorité pour nous », affirme la ministre des Transports, Geneviève Guilbault qui souhaitait faire cette annonce avant l’été en se déplaçant mardi après-midi à Gaspé.

Ainsi, la réfection du rail nécessitera 871,8 millions $.

« Près d’un milliard $ d’investissements pour le chemin de fer de la Gaspésie pour le développement économique, social et touristique de la belle région. C’est énorme comme incidence », ajoute la ministre.

Le tronçon trois entre Port-Daniel-Gascons et Gaspé aura besoin d’un demi-milliard $, soit 517,6 millions $ d’ici 2026. Il devrait être prêt à l’automne 2026 pour une mise en service en décembre 2026.

Pour le tronçon 2, entre Caplan et Port-Daniel-Gascons, ce seront finalement 300 millions $ qui sont requis pour se rendre au bout de ce tronçon en décembre 2024.

« Il y avait des enjeux au PQI. On avait besoin de plus de budget que prévu initialement au fur et à mesure qu’on avance dans les travaux en raison de la conjoncture du marché », explique la ministre.

Enfin, le premier tronçon entre Matapédia et Caplan a eu besoin de 54,5 millions $.

Pour les deux premiers tronçons, ce sont 354,5 millions $ qui sont nécessaires finalement.

Au départ, le gouvernement libéral de Philippe Couillard avait débloqué le 5 mai 2017 un premier 100 millions $ pour sa réfection en promettant d’atteindre Gaspé en 2022.

En août 2019, le premier ministre François Legault avait ciblé 2025 et l’enveloppe était passée à 235 millions $ en 2020. 

« Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point je suis ému », souligne le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé, en réaction à l’annonce gouvernementale.

« Le défi qu’on a maintenant, c’est de le développer. On a tous les outils dans la région, l’opportunité, en ayant une date précise de se servir de ça comme un levier économique pour continuer à se développer », ajoute le président.

« Je n’aurais jamais pensé qu’on irait à cette ampleur. On est presqu’à un milliard. C’Est une reconnaissance du travail fait sur le territoire », conclut M. Dubé.

« On est aussi en discussion avec Via rail pour avoir, une fois que le rail sera réhabilité, pour avoir du transport de passagers. Ce sera extraordinaire », mentionne la ministre.  

Les travaux sur le troisième et dernier tronçon s’amorceront dès cette année avec des travaux d’enrochement.

Au total, 21 infrastructures doivent être réparées ou reconstruites sur le tronçon trois et le rail devrait être déplacé à deux endroits sur ce segment de la voie ferrée.